Skip to content

Conférence : « 20 février, 1er juillet… quelles perspectives pour la lutte démocratique ? »

24 juillet 2011

Conférence – débat – réflexion ouverte sur les perspectives de la lutte démocratique au Maroc.
mercredi 27/7/2011 de 17 à 21 H.
Rabat, Quartier de l’Océan, salle Mehdi Ben Barka (ancienne église de l’Océan)
Organisée par la Coalition pour une Monarchie Parlementaire Maintenant
Avec la participation de toutes les sensibilités proches du M20F.
PLATEFORME :
A / CONCEPT
La conférence connaîtra la participation d’intervenants appartenant à toutes les sensibilités proches du mouvement du 20 février (M20F). Le débat sera public ; tout le monde est bienvenu, et particulièrement les acteurs et sympathisants du M20F.
La rencontre vise le débat entre et avec tous les acteurs qui continuent de revendiquer un réel changement démocratique, par-delà leurs positions sur la forme de l’Etat et leur appréciation ou position tactique relative au plébiscite de la Constitution. Le panel sera constitué de personnes porteuses des principales appréciations représentatives du spectre politique et intellectuel entourant le M20F. Et afin d’encourager la liberté de ton et d’interaction, les membres du panel interviendront à titre personnel et non au nom de leurs organisations.
Cette conférence part du présupposé que le mouvement de lutte pour la démocratie ne peut pas progresser uniquement par l’activisme militant ou la réflexion dans des cénacles fermés. Une des difficultés essentielles rencontrées par le mouvement de progrès au Maroc est l’absence d’une stratégie claire du mouvement ou de stratégies convergentes et synergiques des composantes de ce mouvement. L’absence de ces stratégies ne permet pas d’orienter les efforts, de capitaliser les résultats, de négocier les complémentarités, de relativiser les divergences, et de présenter au public une offre qui puisse convaincre de sa pertinence et de sa faisabilité. Notre objectif est donc d’entamer un réel débat ouvert sur la stratégie à court et moyen termes pour la démocratisation du Maroc, et de commencer à cerner les diverses offres de stratégie de démocratisation.B / CONTENUS
La question nodale que nous voulons adresser aux panélistes est : « Quelle est votre offre stratégique ?! ».
Afin d’aider à cadrer la réflexion, et sans prétendre limiter les contenus que présenteront les panélistes, nous suggérons de partir de l’hypothèse de travail (à corriger dans les débats) que les stratégies possibles pour le changement peuvent être déclinées en trois grandes familles :

1. Une stratégie de démocratisation par étapes, prônée par les courants qui considèrent que la démocratisation ne se fera que selon la conviction et le rythme que le roi choisira. Cette stratégie, dont l’objet central est l’évitement de la confrontation avec le pouvoir, postule que nous nous engageons avec la nouvelle Constitution dans une phase intermédiaire, et qu’il faut surtout viser à garantir des positions fortes pour les partis « historiques » dans le parlement et le gouvernement à venir. Le passage à une monarchie parlementaire pourrait être l’aboutissement de plusieurs législatures de « cohabitation ».

2. Une stratégie de confrontation dans et hors des institutions. Cette stratégie tablerait sur la capacité du mouvement social actuel à muer d’un mouvement de contestation du système en un mouvement de structuration de l’espace public, y compris par la concrétisation de positions stratégiques au sein du parlement (voire la saisie d’opportunités de mettre l’autoritarisme monarchique face à ses impasses et contradictions en favorisant la confrontation du leadership gouvernement au pouvoir royal dans une situation prévisible de crise) d’ici la fin de la prochaine législature. L’exigence de cette stratégie serait l’union durable des forces politiques qui appuient le M20F. Une condition sine qua non de la réussite de cette stratégie serait son l’attractivité d’un projet commun pour les jeunes du mouvement, le public qui boycotte les urnes, et les nouvelles élites crédibles dont l’émergence est requise.

3. Une stratégie de confrontation uniquement hors des institutions, qui table sur la capacité du mouvement actuel à durer et à s’approfondir au point d’amener la chute du despotisme, par une décision royale ou par l’exacerbation des contradictions au sein du pouvoir. Cette stratégie tablerait sur l’ineffectivité des expédients du pouvoir pour alléger la crise et pour faire apparaître sa pérennité comme une situation moins inquiétante que le changement radical.
Aucune de ces stratégies ne peut prétendre, valeur aujourd’hui offrir des garanties claires de cohérence, de faisabilité et d’attractivité. Aucune ne pourra avancer significativement sans qu’une masse critique de forces militantes l’épouse dans l’union et dans l’ouverture. Aucune n’est même déclinée de manière suffisamment claire par ses auteurs et ses porteurs actuels ou potentiels. Il sera donc très indiqué que certains des panélistes prennent la peine de développer leur thèse en ouverture de la conférence.

C / DEMARCHE ET PERSPECTIVES :
Certains panélistes pourront exposer la stratégie qu’ils invoquent en en indiquant de manière sommaire le diagnostic, les objectifs, les orientations d’action, les alliances, le momentum…
Par la suite, le débat se fera, entre panélistes et avec la salle, par un jeu de questions-réponses très brèves, dont le double objectif sera d’expliciter les richesses et contraintes de chaque offre stratégique, et d’amener ces offres à se féconder mutuellement.
La déclinaison de la stratégie d’un mouvement de changement qui n’est pas à un moment de rupture explicite est un processus lent et complexe. Nous n’avons pas la prétention de faire le tour de la question en cette première rencontre. On ne peut viser dans la phase de réflexion collective à voix haute plus que l’ébauche de définition des termes du débat à mener. Nous n’en sommes donc pas à la cristallisation des projets qui ne peut se faire que dans les cadres institutionnels ayant cette vocation et ce mandat. Nous prétendons encore moins à l’engagement de négociations ou d’éventuels rapprochements, globaux ou par groupes d’affinités, généraux ou sectoriels, de long ou de court terme… Ceci n’empêche pas que les forums de réflexion dans lesquels nous nous engageons peuvent alimenter en idées, concrétiser la demande des militants pour des rapprochements forts, soutenables et efficaces, sur la base d’engagements réciproques clairs et convaincants, et proposer des actions concrètes répondant à des besoins concrets ou à la perception collective des exigences du moment.
Si la conférence satisfait aux attentes de ses promoteurs et participants, elle sera rapidement suivie d’autres rencontres et travaux, dont les formes et contenus seront décidés ultérieurement.

D / PANELISTES
16 panélistes sont sollicités. 7 ont déjà confirmé leur intention de présence. Il s’agit de (l’appartenance est citée à titre purement indicatif) :
1. Mustapha Meftah (PSU)
2. Youssef Benkirane (doctorant IEP Paris / M20F)
3. Abdelkarim Karibi (parti Al Oummah)
4. Youssef Maggouri (PPS pro M20F)
5. Abdellah Hammoudi (intellectual militant)
6. Khalid El Hariry (député USFP pro M20F)
7. Omar Balafrej
Les autres invites, dont plusieurs ont donné leur accord de principe mais continuent de vérifier leur disponibilité, représentent le reste de l’éventail politico-intellectuel de acteurs et soutiens du M20F.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. marokino permalink
    24 juillet 2011 19:03

    Une petite précision qui a son importance : ne seront invités que des intervenants appartenant à toutes les sensibilités proches du mouvement du 20 février (M20F)

    . Par ailleurs, tu afrimes que « le débat sera public ; tout le monde est bienvenu, et particulièrement les acteurs et sympathisants du M20F. »

    J’ai l’impression que il ne fera bon montrer son opposition au 20 Fév durant cette conférence organisé par un homme de gauche défenseur des droits de l’homme!

    La démocratie cela s’apprend, comme tout !

    • 26 juillet 2011 19:45

      Ceci est un espace de débat ENTRE les militants et sympathisants de ce mouvement, et je ne vois pas pourquoi on devrait inviter des gens qui ne le sont pas. Je garantis que personne ne sera lynché, pas même s’il se déclarait opposant au 20F 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :